map_franceTrouvez une association ou une antenne proche de chez vous.
Toutes les coordonnées : cliquez-ici

Téléchargez la Plaquette nationale SFA Groupes Entraide

picto

Téléchargez

CHANGER – MAINTENANT

Voilà deux mots qui mettent sur la personne dépendante une contrainte, une pression. On lui demande de CHANGER, donc de modifier son comportement… et MAINTENANT, c’est-à-dire VITE ! 

Il faut savoir qu’une personne DEPENDANTE, aura peur de fonctionner d’une autre manière qu’avec le produit alcool : c’est sa seule façon, à elle, la seule qu’elle ai trouvée pour tenir et pour continuer à avancer.

Dans une relation d’aide il faut bien tenir compte de la situation de la personne en difficulté : où en est-elle dans son parcours au moment où elle vient demander de l’aide ?

Plusieurs étapes vont jalonner ce parcours du « changement ». 

LA MECONNAISSANCE – La personne a-t-elle compris ce qui lui arrivait vraiment ? Peut-être  que non ? Pourquoi elle ? Elle est peut-être dans la MECONNAISSANCE du problème. Auquel cas il va falloir prendre du temps et l’amener à PRENDRE CONSCIENCE de son état.  

LA PRISE DE CONSCIENCE – Lorsqu’elle aura compris la situation dans laquelle elle est, il lui faudra encore du temps pour l’ADMETTRE, pour l’ACCEPTER et pour la VERBALISER. Enfin ce sera la PRISE DE CONSCIENCE.

LA DETERMINATION – La détermination : oui je suis consciente de mon état… mais ? La consommation d’alcool m’apporte-t-elle plus… ou moins… de bénéfices, plus… ou moins… d’ennuis… sur la balance ? Suis-je vraiment dépendante ? Autant de questions qui vont surgir et prendre du temps, jusqu’au jour où : J’ ARRETE, je n’en peux plus, je POSE LE VERRE. La personne est DETERMINEE à CHANGER son comportement.

LES MOYENS – Une fois déterminée il faut mettre en place des moyens pour changer. Aller consulter un médecin généraliste, un alcoologue, partir en milieu spécialisé, participer à des groupes de parole dans une Association d’Entraide… C’est la personne elle-même qui va choisir le (les) moyen(s) qui lui conviendra(ont) le mieux pour concrétiser sa détermination au changement. C’est elle qui va faire en sorte de comprendre sa maladie afin de mieux se « soigner ». C’est la seule maladie où le malade est acteur de son rétablissement. A ce stade-là, la personne aura accepté sa maladie et sera en capacité d’en parler autour d’elle afin de se protéger de la réalcoolisation.

Elle devra aussi mettre en place des moyens lui permettant de fonctionner d’une autre manière. Se donner des objectifs de vie et ne pas attendre que les autres fassent ce travail à sa place.

OBTENTION du CHANGEMENT – La personne va mieux physiquement et psychologiquement. Elle retrouve son énergie, elle a envie de faire des choses, de rencontrer des gens, elle renoue avec son Entourage. De nombreuses choses s’organisent, se construisent autour d’elle tant du point de vue familial que social et/ou professionnel. Bien sûr il y a parfois des difficultés mais elle les affronte d’une manière différente. Elle constate qu’elle a obtenu du changement dans sa vie et cela l’encourage à poursuivre positivement.

Et le temps passe, les choses reprennent doucement leur cours, parfois cela devient la routine… plusieurs éventualités (citées ci-dessous) vont se présenter. Elles n’appartiennent qu’à la personne qui va les vivre.

LES ECARTS – LES REALCOOLISATIONS – LES RECHUTES – Certaines personnes ne vont pas pouvoir tenir dans le temps. Lors d’une situation « spéciale » elles vont à nouveau avoir recours à l’alcool. Cela pourra être d’une manière très brève (écarts/réalcoolisations) ou, elles vont revenir à leur période culminante d’alcoolisation (rechutes).

LA SORTIE – Pour d’autres le temps va être facteur de bien-être. Il va être facilitateur du changement. Les personnes vont organiser leur vie d’une autre manière, vont CHANGER leur FONCTIONNEMENT et ne reconsommeront plus jamais d’alcool. Pour cela il faut mettre en place des moyens permettant à chaque instant de vivre différemment : la sortie c’est l’abstinence et l’ABSTINENCE est un ART DE VIVRE.

Il faut savoir que bien souvent, ceux qui FONT LE CHOIX DE SORTIR ont eu des périodes de retour vers les écarts, réalcoolisations ou rechutes avant de constater que pour aller mieux, la seule solution était de SORTIR DEFINITIVEMENT l’ALCOOL de leur vie.

C’est ce que confirment les Associations d’Entraide Alcool Ecoute Joie et Santé de part le vécu de leurs Membres :

SEULE l’ABSTINENCE TOTALE ET DEFINITIVE PERMET DE RETROUVER LA LIBERTE.

  

logo_alcool_ecoute (1)

ALCOOL ECOUTE F.N.J.S.
Reconnue d’Utilité Publique

Groupement d’Associations d’Aide aux Personnes en Difficulté avec l’Alcool
Mouvement de Jeunesse et d’Education Populaire

Agrément National Ministère de la Santé

SIEGE SOCIAL – 3 Impasse des Alouettes – 86190 AYRON

cnamts_large logo_mildtlogo-msalogoministerevieasso Ministere-Sante_logo